· 

Communiqué : Les brèves de Cigéo/Bure - septembre 2020

Les petites infos autour de Cigéo !

La semaine antinucléaire commence aujourd'hui à Bure !

🥳  C'est parti !

 

En cliquant sur le lien ci-dessous vous retrouvez le programme super impressionnant et enthousiasmant de la semaine antinucléaire à Bure qui commence aujourd'hui et durera toute la semaine ! Ci-dessous, toutes les infos pour préparer sa venue :

 

Le programme mis à jour

 

Réflexions sur le dépôt de la demande d'utilité publique de Cigéo

Le 14 septembre, nous communiquions sur le dépôt de la demande de DUP du projet Cigéo et nous interrogions sur le calendrier à venir que nous tentons depuis de clarifier.  Pourquoi l'Andra n'a pas communiqué elle-même sur le dépôt de sa demande de déclaration d'utilité publique pour Cigéo ? Pourquoi le Ministère de la Transition Écologique reste silencieux quand il est sollicité par Reporterre ? L'Andra craint-elle un surcroît de mobilisation localement ? Les mots "expropriation" et "travaux" risquent de ne pas plaire...

 

Lire notre communiqué "Non, le projet Cigéo ne peut pas être déclaré d'utilité publique" : ici

 

Lire l'article publié le 21 septembre sur Reporterre : ici

 

 

L'Empire foncier de sa Seigneurie l'Andra en Meuse / Haute-Marne

2600 hectares de terres agricoles et forêts,
20 ans d'acquisitions, de négociations houleuses, de pressions morales, de porte à porte,
12,6 millions d’euros pour acquérir des terrains partout dans les deux départements, certains situés à plus de 40 kilomètres de Bure et ainsi s'assurer la maîtrise du territoire pour procéder à des échanges, comme sur un immense plateau de jeu grandeur nature.
Comment s'étonner que certain-es pensent qu'il y a déjà des déchets radioactifs dans les sous-sols buriens ? Une telle réserve foncière pour un projet qui n'est pas autorisé, dont le coût est imprévisible et pour lequel les lacunes sur la sûreté sont aussi grossières, on ne peut qu'avoir du mal à croire que ce soit pour un simple laboratoire.

De l'Allemagne à la Belgique en passant par la France, l'impasse de l'enfouissement

D'un pays à l'autre, toujours la même rengaine et le même processus douteux, entre manque de transparence et imposition du stockage géologique comme solution aux déchets radioactifs de haute activité.
En Allemagne, l'agence fédérale pour le stockage définitif a publié une liste de 90 territoires ("pour leurs qualités géologiques") susceptibles d'accueillir des déchets HA. Gorleben est abandonné, retiré de la liste après 50. Le renoncement à ce site est clairement du à l'obstination des opposant-es !
Mais abandonner un site pour en rechercher un autre sans remettre en question le stockage définitif, c'est véritablement ne tirer aucune leçon des 50 années passées.
L'actu allemande rappelle celle de mai 2020 en Belgique cette fois, lorsque le Luxembourg, offusqué de ne pas être tenu informé alors qu'il en est un pays frontalier, a diffusé une carte des sites pressentis par l'ONDRAF (l'équivalent belge de l'ANDRA), à la recherche de nouveaux sites d'enfouissement pour ses déchets radioactifs...
En Allemagne, comme en Belgique ou en France, au lieu de retrousser leurs manches et de rechercher une solution techniquement faisable et socialement acceptable, les autorités s'engluent dans l'impasse de l'enfouissement.

Unitech - les toutes dernières nouvelles

Une explication à la non-position de Saint-Dizier

😡 « Ma position c'est que je n'en ai pas"
C'est un manque flagrant de courage dont a fait preuve le Maire de Saint-Dizier Quentin Brière, déclarant le 9 septembre à l'ouverture du conseil municipal que Saint-Dizier ne se positionnerait pas sur Unitech, considérant que ce ne sont pas les affaires de Saint-Dizier. Un conseiller municipal de l'opposition, Laurent Daval, a eu ces mots : "Délibérons sur ce projet qui est une aberration, ce serait un signal politique fort. Qu'est-ce qu'on risque ?"
Nous pouvons apporter cette réponse : la municipalité de Saint-Dizier s'est enchaînée au GIP Haute-Marne depuis bien longtemps.
Dans cet article du JHM qui date de 2019, on peut lire que durant le mandat précédant la municipalité a perçu 12 millions d'euros du GIP. Par cette perfusion à l'argent du nucléaire (rappelons que le GIP gère les fonds d'accompagnement du laboratoire de Bure et qu'il est financé par les producteurs de déchets nucléaires), on peut se douter qu'il est difficile d'avoir une position subversive quant aux projets nucléaires en Haute-Marne !
Comment prétendre que Unitech ne serait l'affaire que des Joinvillois alors que c'est un exemple malheureusement emblématique de la nucléarisation globale et forcée du nord de la Haute-Marne, dans le sillon du projet Cigéo à Bure, à l'instar de la base de maintenance nucléaire de Saint-Dizier ? « Qu’est-ce qu’on risque ? » Probablement une position délicate vis à vis de nombreux acteurs du territoire après 20 ans de soumission financière et politique.
Cette recontextualisation est nécessaire pour montrer que cette non-position n'en est pas une : c'est un accord implicite avec la politique de nucléarisation du territoire. Voire même une soumission à cette politique.

Unitech et la Marne sont incompatibles.. d'après les valeurs minimales de débit fixées par Unitech !

Les bulletins de suivi d’étiage pour le Grand-Est montrent que le débit de la Marne est incompatible avec Unitech.

En amont comme en aval, ils sont en dessous des valeurs retenues par Unitech pour assurer la dilution des radioéléments et des détergents.
Et bim.

Un nouveau préfet qui ne va rien changer

Un espoir pour Unitech, Joseph Zimet, le nouveau préfet de la Haute-Marne ?  C'est ainsi qu'il était présenté dans les pages du journal L'Union le 8 septembre. Pourtant, les préfets et préfètes qui se succèdent en Haute-Marne comme en Meuse sont véritablement interchangeables.
Rien que pour Unitech :
- Françoise Souliman, alors préfète de la Haute-Marne, présentait dans le JHM le 19 février 2018 Unitech comme un projet « sain et non nocif pour l’environnement » alors qu’on ne connaissait pas encore son contenu (😂)
- Élodie Degiovanni, sa successeur, nous enjoignait à faire « confiance à l’état de droit »... et avait autorisé Unitech quelques mois plus tard alors que 90% des avis déposés à l’enquête publique étaient défavorables (😂 x2)
- On ne voit guère comment un proche d’Emmanuel Macron comme nouveau préfet pour piloter la Haute-Marne pourrait nous être favorable sur des sujets comme Cigéo ou Unitech ... !

Le 24 septembre, le préfet clarifie la situation dans les colonnes du JHM :

« Les choses ont été faites. Je n’ai pas les moyens, ni l’intention, ni les instructions de changer les choses sur ce dossier. La continuité de l’Etat s’exerce. »
Comme c’est bien dit !

Deux villes, deux ambiances !

La commune de Vitry le François vient de verser au Collectif contre Unitech une subvention de 1500 euros. Le maire de Vitry explique pourquoi dans la vidéo ci-dessous. Cette ville de la Marne se sent concernée par le projet Unitech et par les rejets liquides qu’il y aurait dans la Marne. Saint-Dizier, pourtant plus proche de Joinville, considère que ce ne sont pas ses affaires... 😏
Merci,  nous en ferons bon usage pour amplifier notre communication !
Le reportage de Puissance TV : ici

Le Conseil Départemental de la Haute-Marne dit NON à UNITECH mais OUI à CIGEO

Nous n'avons évidemment pas été les seuls à relever le festival d'incohérences exprimées lors du débat sur Unitech au Conseil Départemental du 52 le 25 septembre dernier. 

👍 On commence par la note positive, car il faut savoir profiter des petites victoires : Le Conseil départemental émet un avis défavorable à Unitech : retrouvez ici la motion.

Et c'est bien le travail que les opposant-es à Unitech ont réalisé depuis plusieurs années qui a permis cette décision du conseil départemental aujourd’hui, quoiqu’on en dise ! Dès 2017, s’il n’y avait pas eu des opposant-es en veille pour comprendre ce qui se tramait, partir à la recherche des infos (avec acharnement !!), analyser les documents, les vulgariser, organiser des réunions publiques et des mobilisations, informer sans relâche... il est certain que Unitech n’aurait eu aucune difficulté pour s’installer dans le plus grand des calmes !

La note négative : donner un avis défavorable à Unitech tout en martelant que « Cigéo reste un projet essentiel », tel fut le défi auquel se sont prêtés les conseillers départementaux.  D’une part Cigéo en terme de longévité, toxicité, et infrastructures est le plus gros projet industriel européen. En terme de dangerosité, atteinte à l’image et rejets, on atteint des sommets ! D’autre part, avec Cigéo, « des Unitech » en tout genre, sans votre soutien, on en aurait plein en Haute-Marne...
Mais le vent pourrait bien être entrain de tourner...
Car l'industriel, bien esseulé, a annoncé suite à l'annonce de cette position par le CD qu'il prendrait une décision d'ici mi-octobre sur la suite du projet : "toutes les options sont sur la table" ! Abandon du projet pure et simple ? Déménagement ? Conservation du site de la Joinchère... ?
Sans préjuger de sa décision que l'on attend évidemment avec impatience, il nous faut rassurer nos ami-es meusien-nes : Jacques Grisot, le directeur d'Unitech, semble balayer la proposition du Conseil départemental de réaliser une étude de faisabilité du projet sur la zone interdépartementale. Car à Bure non plus, il n'y a pas d'eau en surface. La Meuse serait un très mauvais calcul.  Mais ça le Conseil Départemental le sait déjà non ? Ou alors, comme la radioactivité, le stress hydrique et l'impact négatif sur l'image du territoire s'arrêtent aux frontières des départements ?
Allez Monsieur Grisot, un peu de courage ! Et parfois, le courage, c'est aussi de renoncer plutôt que de s'acharner ! Dans l'article du 2 octobre 2020 publié dans la VHM, on sent bien que les cartes sont redistribuées et que le dirigeant d’Unitech laisse maintenant clairement apparaître son ras-le-bol ... !
On attend la mi-octobre, mais Unitech a bel et bien du plomb dans l'aile.

Écrire commentaire

Commentaires: 0