Communiqué du 13/04/2021 - Les brèves de Cigéo/Bure

Toutes les infos autour de Cigéo et de la nucléarisation du territoire en Meuse/Haute-Marne ne peuvent pas faire l'objet d'un communiqué systématique. Il y aurait beaucoup trop à dire. Nous vous proposons donc régulièrement un récapitulatif des actualités et articles intéressants sur le sujet. Bonne lecture !

A la UNE - Les collectivités délivrent leurs avis sur la demande d'utilité publique de Cigéo

24 collectivités sont donc amenées à rendre un avis sur le dossier de DUP. Nous avons parcouru l'ensemble des contributions déposées à ce jour et il en ressort que les élu-es n'ont pas hésité à s'opposer à l'Andra et à rendre publiques leurs craintes pour l'avenir de notre territoire ! Même derrière les avis favorables, comme celui de la région Grand-Est, se cachent une réalité bien plus complexe, des divisions. Les communes ayant délivré un avis défavorable ne sont pas les seules à défier l'Andra et leurs réserves valent le détour (nous reviendrons dessus plus tard).

Un des premiers votes connus fut celui du Pays Barrois. Un avis comportant une très longue liste de réserves. Dans une contribution proposée par plusieurs élu-es du Pays Barrois, le projet Cigéo était enfin regardé pour ce qu'il est : un projet de désertification. Un retournement de situation révélateur comme cela est écrit sur cette page, "un vote important qui montre que les élus du territoire ne veulent plus se laisser berner par les promesses, refusent le projet de désertification et n'ont pas eu de réponses à leurs craintes et interrogations".

 

"Les mairies flambant neuves, les trottoirs en marbre et les éclairages publics design à économie d'énergie" ne font plus illusion : nos villages s'éteignent au milieu de ces parures clinquantes et artificielles.

 

Nous avons rapidement appris la délibération défavorable de Mandres-en-Barrois, la commune du Bois Lejuc. Tout un symbole.
Nous avons rapidement appris la délibération défavorable de Mandres-en-Barrois, la commune du Bois Lejuc. Tout un symbole.
Puis celle de Bure. Bure dit non. Comme s'en amuse L'affranchi dans cet article du 26/03/2021, il s'agit d'une "délibération qui vaut son pesant de cacahuètes".
Pour le conseil municipal de Bure, "le village mourra écrasé par le rouleau compresseur qu'est l'Andra". L'argument de la concertation avec le territoire s'effondre. Le conseil  ajoute que "Cigéo s'approprie les routes, les chemins, sans concertation, ni avis". Il n'y a pas que les risques du projet qui sont pointés par les élu-es, ce sont aussi les manières de l'Andra qui lui sont reprochées. L'Andra, un des plus grands propriétaires fonciers du secteur, fait en réalité cavalier seule sur l'empire foncier qu'elle s'est constitué !
Derrière les concertations de l'Andra avec le territoire et le lien qu'elle pense étroit avec les acteurs du territoire, l'envers du décor...
Au-delà du projet en lui-même, les délibérations expriment un ras-le-bol contre l'Andra.
Un signal fort envoyé (voir la Une de l'Est Républicain du 3/04/2021) ici, un avertissement là, elles révèlent au grand jour les tensions qui ont pris racine sur le territoire depuis quelques années.
Impacts sur l'eau, risque sanitaire, nuisances en série, aménagement du territoire, la question de fond est aussi la suivante : quel serait le cadre de vie pour les habitant-es du territoire, au milieu d'un chantier colossal durant plus d'un siècle, à proximité d'un gigantesque centre de stockage géologique de déchets nucléaires ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le conseiller départemental du canton de Ligny-en-Barrois et ancien maire de Montiers-sur-Saulx Daniel Ruhland, connu pour être devenu anti-Andra, a avoué à l'Est Républicain dans cet article du 3/04/2021 qu'il n'était pas du tout surpris par les délibérations.

 

Il précise "on a fait des promesses de développement économique à une terre d'accueil et on a eu quoi ? Des trottoirs et des lampadaires, ce n'est pas avec ça qu'on va réveiller le canton."

Comment réagit l'Andra ? Égale à elle-même  : « C'est normal qu'il y ait des avis négatifs pour nous à ce stade, c'est un projet très important qui arrive sur ce territoire." répond-elle dans cet article.  Cette nouvelle pirouette ne suffira pas à gommer cette réalité : l'adhésion des élu-es locaux à Cigéo longtemps vantée n'est ni acquise ni établie, mais fluctuante !
Lire l'article de Reporterre, 27/03/2021 : "Une première en Meuse : des élus disent non à l'enfouissement des déchets nucléaires"

 

Il est vrai que si l'on compte sur les Ministres successifs, on va droit dans le Bure. Voynet, Hulot, De Rugy, ou la secrétaire d’État Abba, ont opéré de sacrés volte-face et trahi leurs convictions anti Cigéo et/ou nucléaire... une fois Ministres !

Le Monde, 1/04/2021
Le Monde, 1/04/2021

Barbara Pompili enchaîne les bourdes

Barbara Pompili a confirmé lors du Comité de Haut Niveau (CHN) de Cigéo que "Cigéo irait à son terme même si la recherche se poursuivait sur d’éventuelles alternatives au stockage en profondeur. Barbara Pompili entérinerait donc le projet avant même que le processus DUP ne s'achève et alors que le projet perd de ses soutiens localement ? L'avis de l'Autorité Environnementale (AE) semble aussi complètement zappé. Alors qu'il préconise de ne pas développer le territoire en raison du risque sanitaire, le CHN papote fiscalité de Cigéo et développement économique.

Certes il y a des élu-es qui ont pris acte de l'avis de l'AE, des lacunes en matière de sûreté, d'impact environnemental et d'information du public. Mais il y aussi des élu-es, comme beaucoup de celles et ceux siégeant au CHN qui n'en ont que faire, restent obnubilé-es par l'argent que Cigéo pourrait rapporter au territoire - peu importe s'il le vide ! - et préfèrent pinailler sur la future fiscalité... (JHM 19/03/2021)

La Maire de Bar-le-Duc et présidente de la com'd'agglo Meuse Grand Sud s'est dite "très déçue par la teneur du comité de haut niveau de Cigéo" et estime "n’avoir obtenu aucune réponse à toutes les préoccupations du territoire." Il faut dire aussi que Barbara Pompili a agacé plusieurs élu-es, en partant au bout d'une heure alors qu'elle présidait le CHN...

Après l'avoir alertée sur les éléments rédhibitoires en défaveur du projet Cigéo au début de l'année, nous avons donc écrit à nouveau à la Ministre pour lui faire part de l'évolution de la situation localement. Plusieurs délibérations défavorables à Cigéo, sérieuses craintes pour la vie sur le territoire, défiance sévère envers l'Andra et le gouvernement : ce sont des sujets que la Ministre qui a la tutelle de Cigéo ne doit pas ignorer et nous ne pouvons pas compter sur l'Andra pour lui en toucher deux mots.


Nous avons réitéré une demande de rencontre, mais seulement un rendez-vous avec son cabinet, sans elle, nous est proposé. Alors que Barbara Pompili était dans l'émission de "Top Chef" la semaine dernière, nous espérons qu'elle trouvera un créneau pour nous rencontrer malgré son emploi du temps de ministre.

Les distributions de la bande dessinée "Panique à Bure" sont officiellement lancées !

La première distribution a eu lieu à la sortie d'un lycée de Bar-le-Duc le 9 mars. Elles s'enchaînent depuis, partout en Meuse. Côté Haute-Marne, des distributions ont déjà eu lieu devant des établissements de Joinville et de Saint-Dizier.
Les scolaires ont le droit à une information plurielle sur le projet Cigéo. Le déséquilibre dans l'accès à des sources d'infos diversifiées sur Cigéo est un réel problème dans le milieu scolaire en Meuse/Haute-Marne. Comme cela est retranscrit dans cet article du 25/03/2021,"L'Andra paie tout pour ces visites, les élèves repartent avec une casquette ou des crayons, visionnent des films pro-nucléaires."
Cette BD a pour objectif d'y remédier, ayant pour ambition d'ébranler les certitudes véhiculées par l'Andra et d'amener les esprits des jeunes (et moins jeunes) à réfléchir sur le sujet.
Comme le précise dans cet article du JHM du 26/03/2021 le porte-parole haut-marnais de l'Eodra Daniel Monnier, il s'agit "d'un document pour alerter, pour que le doute s'installe" !

Voix de la Haute-Marne, 2/04/2021
Voix de la Haute-Marne, 2/04/2021
Le recteur refuse sa diffusion au sein des établissements scolaires alors que l’Andra travaille l’esprit des enfants dès la primaire avec son journal, ses visites, ses expositions. Il n'a même pas souhaité rencontrer l'Eodra, qui l'avait pourtant sollicité pour un rendez-vous. Sa justification ? Que Cigéo est légal ! Mais entre-t-on dans l'illégalité en diffusant un autre point de vue que celui de l'Andra ? Parce que l'on propose d'autres supports pédagogiques que ceux de l'Andra ?
Reportage Puissance Télévision  11/03/2021 : "Une bande dessinée pour dénoncer Cigéo"
La BD est distribuée gratuitement aux jeunes de Meuse et de Haute-Marne. Mais si vous souhaitez en commander un ou plusieurs exemplaires, voici un bon de commande !
La BD est distribuée gratuitement aux jeunes de Meuse et de Haute-Marne. Mais si vous souhaitez en commander un ou plusieurs exemplaires, voici un bon de commande !

C'est calme, à Bure ?

C'était en tout cas le titre de cet article du 3/04/2021 dans l'Est Républicain. Mais la notion de calme est.. relative.
Cigéo gèle le territoire. A cause du projet, la vie y est contrôlée, elle est figée. Pour ses habitant-es, ses élu-es, ses paysan-nes. Ce n'est pas le territoire qui est désert, mais la perspective de Cigéo qui le freine.
Les quelques témoignages récupérés dans l'article en dressent un aperçu. Le maire de Ribeaucourt explique se faire régulièrement contrôler en rentrant de promenade à vélo, "on a perdu la liberté" complète son premier adjoint. Une habitante de Mandres se fait contrôler à 5h du matin en partant au travail. Geoffray, un agriculteur lâche que "à Mandres, 80% du village doit être contre [Cigéo]", que l'Andra lorgne sur un de ses champs, et que les gendarmes "passent tous les jours six-sept fois". Les mots d'un habitant de Bure clôturent l'article, il concède que la commune a pu faire beaucoup de travaux [avec l'argent du GIP] mais qu'à eux "les habitants, ça ne rapporte rien". Il se sent contraint de rester : "je voudrais vendre ma maison, mais elle ne vaut plus rien".

SAVE THE DATE

Le procès pour association de malfaiteurs à Bure, procédure subie depuis 3 ans et demi, aura lieu les 1, 2 et 3 juin au tribunal correctionnel de Bar-le-Duc.
Nous serons là, pas uniquement pour soutenir les personnes mises en examen - l’évidence -, mais aussi parce que ce procès est celui de la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires. De l'engagement contre Cigéo. Ce procès, c’est aussi le nôtre. Nous sommes toutes et tous des malfaiteurs. Plus d'infos à venir...

Écrire commentaire

Commentaires: 0