· 

"Cent mille ans" : une bande dessinée sur la lutte à Bure à mettre dans toutes les mains !

CENT MILLE ANS.
C'est le nom de la BD fraîchement sortie cet automne sur la lutte à Bure aux éditions du Seuil et La Revue Dessinée.
Les dessins de la talentueuse Cécile Guillard sont fabuleux. Avec un peu de recherches il est plutôt facile d'avoir une perception globale de l'histoire de la lutte à Bure et du projet Cigéo. Mais l'essentiel se joue dans les détails et ses illustrations en foisonnent. Elles rivalisent avec le réel tout en ayant le style et les traits de la dessinatrice.
Pierre Bonneau et Gaspard D'Allens, les deux auteurs qui l'accompagnent, connaissent bien la lutte et avaient déjà co-écrit "Bure, la bataille du nucléaire". Le sujet est donc bien perçu grâce à une investigation journalistique très documentée, appuyée par une mise en images riche et édifiante.
Si vous êtes familier-es avec cette histoire, vous y retrouverez certainement quelques têtes connues et une flopée de souvenirs qui vous arracheront de vives émotions. À savourer !
Si vous ne la connaissez pas ou guère, la BD est (peut-être encore plus) faite pour vous : avec ce nouveau support pour la découvrir, l'approche sera bien différente que divers reportages déjà réalisés sur le sujet, et c'est tout à fait l'effet recherché par ce format.
Un bijoux à mettre dans toutes les mains... 🙂

À écouter :

Extraits :
"L'objectif du projet Cigéo est d'enfouir les déchets nucléaires à 500 mètres sous terre, dans les entrailles de la Meuse. Cigéo est indispensable pour boucler la fin du cycle de la filière nucléaire et pour prétendre être propre. C'est un enjeu civilisationnel et philosophique et c'est ce qu'on a voulu raconter : comment nous avons pu créer en soixante ans des déchets qui nous transcendent, qui nous dépassent ?" Gaspard D'Allens

"Ce n'est pas une BD militante. Nous sommes opposants à ce projet mais sur la base de l'analyse et des faits. La simple analyse des risques colossaux que soulève ce projet d'enfouissement conduit nécessairement à adopter un parti-pris : celui de penser que c'est une aberration." Pierre Bonneau

 À lire :


Extrait : "De toute évidence, les auteurs assument le parti pris de leur bande dessinée. Pour autant, raconter avec empathie les luttes des opposants ne les a pas empêchés de réaliser une enquête approfondie, avec de nombreux éléments factuels appuyés par des sources et une vingtaine de pages d'annexes. La mise en image claire et vibrante de Cécile Guillard soutient efficacement le propos, avec un certain style, ce qui n'est pas toujours le cas des BD de ce type."

Écrire commentaire

Commentaires: 0